soir_e_Nov_019

Mon histoire avec cette chanson est un défi .  Avant d'être au conservatoire de  musique , avant de toucher un  oud , j'avais les sons de la chanson " Alatlal " dans la tête .

   A ce moment-là, avec l' imagination d'un enfant de treize ans , j'avais cru que je savais chanter et qu' entre l'art et moi, il n'y avait qu'une marche à monter .

    Mais il y a la réalité et quand j'ai commencé mes études de musique dans ce conservatoire , j'ai découvert que ce que je connais est très loin de me donner les trois étoiles qui manquent à un cuisinier pour qu' il soit un vrai grand chef .

    Et mon chemin avec l'art a commencé . C'est une voie qui n'est pas si facile , sans vouloir décourager les demandeurs de sciences musicales .

    Mon défi, dès le début, c'était de jouer cette chanson " Alatlal " ( "Les Ruines" ) acompagné de mon oud .

    Je l'ai répété  très longtemps , mais je l'ai jamais enregistré ou joué pour quelqu'un d'autre. Il me paraîssait très difficile de la jouer ou de la chanter et que je l'accompagne à l'instrument .

     Elle était le challenge  entre ma connaissance de la musique  et moi.

     Voilà, enfin, j'ai décidé de la jouer pour mes amis(es) et qu' ils profitent eux aussi de sa beauté .

       Cette chanson, pour moi, ne représente pas seulement un niveau de la science musicale mais aussi une valeur sentimentale . C'est une chanson d' amour que je l'ai toujours écoutée dans mon coeur avant mon esprit et j'y ai vu, toutes les fois que j'ai écouté, mon trajectoire de la vie .

       Il y a dans cette chanson une expression de la vie et de l'amour unique .

        Hommage au maître de la musique orientale Rayad Assambati et à la diva  Om Kelthoum . Je chante  pour vous et pour eux les chants de l éternité .

             Bonne découverte et bonne écoute :

Abdelkarim Belkassem
Rouen France , Safi Maroc

spectacle_014b